Abolition des frontières par la mobilité et le virtuel.

Du fait de la métropolisation, la figure d’un monde réticulaire a largement dépassé la dimension virtuelle pour se concrétiser dans notre quotidien.

Le développement des réseaux de métiers, d’expertises, de connaissances permet une diffusion des compétences, une circulation des talents au-delà d’un niveau local en participant d’un partage des savoirs au niveau mondial.

Savoir attirer et capter ces talents, ne serait-ce que pour un temps donné, devient un enjeu crucial : au sein d’un monde chaque jour plus globalisé et confronté à la compétition, recruter les meilleurs collaborateurs, chercheurs, étudiants est au centre de stratégies visant à se différencier.

 

L’université, par essence, est une incarnation de ce monde réticulaire, à la fois lieu de création des savoirs, nœud d’interaction entre différentes communautés ou pont pour la circulation des talents.